EXPÉRIENCE DE MORT IMMINENTE  
introduction    
[01]  [02]  [03]  [04]  [05]  [06]  [07]  [PAGE D'ACCUEIL]     
 
En fonction des progrès de la science, la définition de la mort a constamment changé selon que de nouvelles techniques permettaient de maintenir artificiellement les fonctions vitales. Après l’arrêt de la respiration, puis la cessation des battements du coeur, est apparu le critère de mort cérébrale. De sorte que l’on distingue aujourd’hui plusieurs types de mort : clinique, cérébrale, physiologique, biologique, etc. Médicalement, la mort en tant qu'acte instantané a été remplacé par le "processus de mourir" qui est une transformation progressive composée de différentes étapes, où le seuil constituant le passage dans l’état définitif irréversible est très incertain. Cependant, sur le plan philosophique, la mort reste par définition "l'état d'où l'on ne revient pas". Par conséquent, une personne revenant à la vie n'est pas réellement morte, quel que soit le temps pendant lequel ses poumons, son coeur et son cerveau peuvent ne pas avoir été fonctionnels. C'est pourquoi est apparu le terme "near-death experience (NDE)" qui a été traduit en français par "expérience de mort imminente (EMI)" pour nommer un état sans aucun signe de vie mais qui n'est pas encore, contre toute attente, la mort.

L'expérience de mort imminente est une expérience subjective profonde vécue généralement au seuil de la mort, ou occasionnellement lors d'un coma ou d’une anesthésie, qui induit après réanimation un bouleversement total de l'individu, impliquant une remise en question générale des ses valeurs fondamentales. Avec le perfectionnement croissant des techniques de réanimation, le nombre de NDE rapportées se multiplie chaque jour dans le monde entier. En 1982, un sondage réalisé par l'institut Gallup aux Etats-Unis a estimé à 8 millions (environ une personne sur trente) le nombre d'américains ayant vécu une NDE. A partir de toutes les estimations publiées à ce jour, on peut conclure que cette expérience est probablement survenue chez 9 à 18% des personnes qui ont, à un moment ou à un autre de leur vie, frôlé la mort, toutes circonstances confondues (Greyson, 1998). Malgré l'importance considérable et évidente que l'étude d'un tel phénomène pourrait avoir en médecine, psychiatrie, psychologie et neurosciences en général, très peu d'investigations scientifiques sérieuses ont été entreprises bien que le phénomène ait été porté à l'attention du public depuis les années 70 (Moody, 1975). Au-delà du rôle évident des médias à sensation et des mouvements "new age" qui ont contribué à conférer un parfum de pseudoscience à l'étude des NDE, en parlant notamment de "preuve de l'au-delà", le puissant tabou social que représente aujourd'hui la mort dans notre société occidentale en est probablement aussi responsable. Cependant, il est important de souligner que si l’approche de la mort est un facteur favorisant le déclenchement d’une NDE, elle ne constitue en rien une condition nécessaire ou suffisante. Comme nous le verrons, d’autres circonstances exemptes de tous dangers physiques peuvent y conduire. Aussi, pour toutes ces raisons et simplement parce qu’elle représente l’une des expériences les plus transformatrices que l’homme puisse vivre, la NDE mérite qu’on lui consacre une étude objective.