EXPÉRIENCE DE MORT IMMINENTE  
quelles sont les conséquences d'une emi    
[01]  [02]  [03]  [04]  [05]  [06]  [07]  [PAGE D'ACCUEIL]     
 
Vivre une EMI signifie en général vivre une transformation profonde et durable qui correspond la plupart du temps à un véritable ouragan intérieur. A ce titre, il est important de souligner que le seul fait d'avoir frôlé la mort ne suffit pas à expliquer toute la gamme de changements observée dans la vie d'une personne suite à une EMI. En effet, des études ont montré que certains de ces changements sont uniquement liés au fait d'avoir vécu une telle expérience (Ring, 1980). Cependant, il s’avère difficile de corréler la profondeur de l’expérience avec l’importance des répercussions comme on aurait pu logiquement s’y attendre. Effectivement, il semble que la rationalisation à posteriori de l’expérience ainsi que les propres croyances du témoin soient déterminantes pour son interprétation, et c’est cette interprétation qui conditionnera par la suite l’impact provoqué sur la personnalité du témoin.

Tout se passe comme si au cours d’une EMI un accès à un état de conscience différent s’ouvrait dans lequel était perçu une réalité plus vaste transcendant le temps, l’espace et la matière. Le retour à une conscience ordinaire s’accompagne d’effets secondaires typiques qui sont dans l'absolu positifs : une meilleure appréciation de la valeur de la vie, le sentiment d'un renouveau personnel et de la quête d'un but, une plus grande empathie, tolérance et compréhension vis-à-vis d'autrui, une plus grande confiance et estime de soi, une soif de connaissance, un réveil spirituel et un détachement des biens matériels, une diminution voire une disparition de la peur de la mort (alors que la peur de la souffrance liée à l’agonie demeure) et parfois l’apparition de nouvelles facultés psychiques. Ces changements de personnalité sont particulièrement surprenants chez des individus qui ont vécu une EMI à la suite d’une tentative de suicide. Dans certains cas, la EMI semble même jouer le rôle de "psychanalyse accélérée" en permettant la prise de conscience de traumatismes psychiques anciens et profondément enfouis. Finalement, pour beaucoup, la EMI est ressentie comme une seconde naissance.

Cependant, ces répercussions ne sont ni immédiates ni automatiques mais nécessitent un travail de concrétisation et d’intégration. Même sans parler des EMI "négatives", dont le contenu terrifiant peut provoquer un état dépressif accompagné d’anxiété, de cauchemars récurrents et d’une peur exacerbée de la mort, le témoin ressort dans un premier temps fortement fragilisé et perturbé par une telle expérience, même si elle était "positive". Tout d'abord parce qu'ayant frôlé la mort de près, il a subi un traumatisme considérable et se trouve souvent dans un état physique critique dû à l'accident ou la maladie qui l'a conduit à la EMI. De plus, il lui est très difficile de définir ce qu'il a vécu même s’il pressent déjà que cet événement va bouleverser sa vie. D'autre part, il se rend vite compte qu'il lui est difficile de partager ce qu'il a vécu avec le corps médical ou son entourage. S'il arrive à se faire écouter, il rencontrera en général de l’incompréhension ou verra sa santé mentale remise en question.

Au problème physique vient donc s'ajouter une aliénation totale et le patient se retrouve complètement seul pour assimiler et intégrer la plus bouleversante expérience de sa vie. Ce sentiment de solitude est encore accentué par la difficulté pour lui à retrouver sa place au sein d’une famille et d’une communauté dont les valeurs, les buts et les préoccupations en général ne sont plus partagés. D'un autre coté, son changement d'attitude est souvent difficile à vivre pour son entourage qui ne comprend pas cette transformation. Incapable de retrouver son ancienne personnalité, cet état de grande perturbation va souvent aboutir à une remise en question sévère qui conduira le témoin à un retournement général de son existence tant au niveau affectif que professionnel, ce qui ne l’aidera en rien à retrouver un peu de stabilité. Il s’ensuit une difficile période d'assimilation, durant souvent de nombreuses années, qui aboutira à une nouvelle manière de vivre.