HALLOWEEN EN SON ET VIDEO  
[PAGE D'ACCUEIL]     


  Conversation sur la Mort


[La question de départ]
[L’échec de la science]
La question de départ :
Serge Bouchard a invité un philosophe et un professeur de sciences religieuses. Sa complice, Ariane Émond, ressent le même intérêt que l’animateur pour les cimetières. Voici comment il lance la discussion : avons-nous aujourd’hui, nous les modernes, un rapport différent des sociétés traditionnelles avec la mort?

À 60 ans, Michel Auger rappelle que, dans sa jeunesse, les adultes n’avaient pas tant peur de la mort que de ce qui venait après, l’au-delà... « On oubliait la mort parce qu’on craignait l’enfer. »

Christian Saint-Germain évoque la tradition philosophique grecque qui se donne comme objectif d’apprendre à mourir. La modernité est toute tournée vers l’impératif de la science : « Vous ne mourrez pas; vous serez comme des dieux. » L’objectif de la science est d’étirer la vie. « Étirer la vie pour l’étirer a quelque chose de sombre. »

Jean-Jacques Lavoie, lui, compare le discours religieux sur la mort des générations qui nous ont précédés au discours scientifique sur l’amortalité : le clonage ou encore l’intelligence artificielle. Les grands prêtres aujourd’hui sont les généticiens.

Selon Ariane Émond, on vit avec la pensée magique que si on n’y pense pas trop, on va reculer le moment. « On continue de croire que la mort est un affront. » Notre société mythifie la jeunesse et dit que la meilleure chose qu’on a à faire, c’est d’accumuler les richesses plutôt que les expériences. « On vit dans une époque amnésique et assez... ridicule, avec plein d’apprentis sorciers qui me terrifient personnellement. »

L’échec de la science :
Serge Bouchard fait part de quelques réflexions. Qu’est-ce que la mort aujourd’hui, dans une société qui guérit tout? Un tabou, une réalité qu’on cache? Brûlons nos morts qu’on ne les voit pas inanimés. Il faut tout faire pour retarder la mort. Pourtant, c’est une fatalité. Certains parlent de faire la paix avec sa propre mort, de mourir dans la sérénité. Qu’est-ce que cela veut dire?

Les postmodernes disent foutaise : il faut se faire à l’idée qu’un jour, nous vivrons de 300 à 400 ans. Nous aurons le temps d’accomplir. Mais on n’y échappera pas. Est-ce que la société moderne, qui a réussi à repousser les frontières de la mort, en Occident du moins, a accompli des miracles? Est-ce que la mort est triste? Quelle image de la mort chaque culture véhicule-t-elle? Comment vivons-nous la mort?

Durée : 55 minutes chaque entrevue


  L'Halloween qui terrifia l'Amérique


[version original]
[historique 1]
[historique 2]
La Guerre des Mondes
Le 30 octobre 1938

Orson Welles et le Mercury Theatre mettaient en ondes une adaptation du roman de H.G. Wells, La Guerre des Mondes, une émission radiophonique qui allait devenir la plus célèbre de l'histoire. À partir de quelques voix et de bruitages très sommaires, Welles allait (bien involontairement) faire croire à des milliers d'auditeurs américains que leur pays avait été envahi par des créatures venant de la planète Mars.

L'émission hebdomadaire d'Orson Welles sur CBS était beaucoup moins populaire que celle de son principal concurrent, le ventriloque Edgar Bergen; cette faible écoute fut paradoxalement à l'origine du succès de l'émission. Lorsqu'à 20 heures celle-ci débuta, tout en étant présentée comme une adaptation du roman d'H.G. Welles (donc ne laissant aucun doute quant à la fiction), une grande majorité d'auditeurs était à l'écoute de la marionnette Charly McCarthy sur l'autre chaîne.

À 20 h 12, ce dernier céda momentanément la place à une nouvelle chanteuse peu populaire et bon nombre d'auditeurs recherchèrent un autre divertissement sur leur poste de radio. Un grand nombre d'auditeurs commencèrent à écouter l'émission d'Orson Welles et ne la quittèrent plus... Au même moment, le reporter Carl Phillips, en direct de Grovers Mill, relatait en effet la chute mystérieuse d'un météorite et la venue d'extra-terrestres belliqueux et terrifiants.

Vers 20 h 30, Davidson Taylor, le directeur des programmes de CBS reçut un coup de fil dans la régie technique lui annonçant une terrifiante rumeur : des milliers de morts, de suicides et des dégâts considérables dûs à la panique. Ordre lui était donné de stopper l'émission et de faire une annonce. À ce moment, les Martiens traversaient l'Hudson et l'émission en était à une minute de la fin de la première partie.

Un présentateur intervint pour présenter l'émission et annoncer une pause avant la seconde partie, mettant ainsi un terme au malentendu qu'elle avait fait naître dans tout le pays. La seconde partie ne fut entendue que par très peu de gens. Elle relatait les aventures d'un survivant solitaire, ses observations sur la société, décrivait la mort des envahisseurs, anéantis par de simples microbes alors que toutes les forces humaines avaient été inefficaces et la résurgence d'un monde meilleur...

Les heures qui suivirent la fin de l'émission furent un cauchemar pour Welles et son équipe. Ils furent interrogés par la police et jetés en pâture aux médias qui en firent la une des journaux pendant deux jours. Après deux semaines, la tension redescendit en même temps que le bilan officiel des dégâts causés par la panique (on ne déplorait aucune perte de vie contrairement aux centaines de victimes annoncées). La chaîne fut malgré tout poursuivie en justice et dut payer près d'un million de dollars en dommages et intérêts pour blessures et autres préjudices.

La seule requête à laquelle ils accédèrent de leur plein gré fut celle, touchante, d'un homme du Massachusetts qui dépensa ses dernières économies (3,25 $ qu'il avait mis de côté pour s'acheter des chaussures). Il envoya une lettre à la chaîne et ne demanda qu'une chose : qu'on lui envoie une paire de chaussures noires pointure 9B. Ce que l'équipe fit aussitôt...
Durée Total : 58 minutes

L'historique de ce moment génial
Durée Total : 110 minutes


  Quelques vidéos obscures


Des histoires de sorcellerie en Bolivie. L'Halloween n'est pas une tradition en Amérique du Sud. Pourtant, en Bolivie, on retrouve de nombreux sorciers et sorcières. Et les Boliviens font preuve d'une grande croyance en leurs pouvoirs: [01]

À Montréal, sur le plateau, un défilé de halloween: [02]


N'enterre pas mon sang: [haute vitesse] [basse vitesse]
Interview avec l'auteur Frédérique Cournoyer Lessard [inteview audio] 8 minutes


  L'halloween mythique


[L'halloween mythique]
1- De l'érotisme de la citrouille à la thérapie de la terreur
2- La mort pour fidèle compagne
3- Le plaisir

Qui n’a pas vu l’horreur dans son enfance, dites-moi? On a tous connu, d’une façon ou d’une autre, la terreur dans notre enfance. Je me souviens qu’un jour je m’étais retrouvé seul dans une grange où il n’y avait pas d’animaux. Ah oui, un hibou et quelques chauve-souris et des hirondelles…oui, des bruits inquiétants dans le foin… des rats, qui sait? Des chats qui courent après ces rats peut-être? Des toiles d’araignées qui brillent sous la Lune et des portes qui grincent un peu, alors que siffle le vent. J’ai passé de longs moments totalement immobile et glacé au milieu de ce décor qui était devenu soudainement terrifiant.

Dans l’enfance, il faut permettre à la peur de se manifester de façon extérieure pour exorciser les objets intérieurs qui nous hantent et nous torturent. Ainsi, tout ce qui est peur confuse se trouve tout à coup cristallisé, rassemblé autour de ce personnage, de ce masque, autour de ce costume, de cette sorcière. Quand je pense que j’ai une amie qui se déguise en sorcière pour accompagner ses enfants à l’Halloween, encore cette année, fidèle au poste. Sorcière de mère en fille, pour ainsi dire.

Durée Total : 50 minutes


  Expérience du soi à travers la mort symbolique


[la mort symbolique]
La vie est le modèle de toute initiation qui débouche avec la mort, transition sur plus de lumière. Tout rituel initiatique comporte à un moment la mort symbolique. La vie en tant qu’expérience initiatique comporte à un moment la mort tout court. Ayant traversé l’épreuve de la mort symbolique, l’initié renaît à un niveau de conscience supérieur. Ayant traversé l’épreuve de la mort, l’initié renaît à son niveau de conscience véritable, mais qui est supérieur à l’état de conscience réduit qui fut le sien durant l’incarnation.

Avec l’incarnation de l’âme, l’esprit se trouve investi dans la matière. L’involution de l’être se trouve accomplie. L’être s’engage alors dans le lent et difficile processus de l’évolution. Chacun cherche à libérer l’esprit. C’est le sens de la vie au plan physique. C’est la démarche que chacun de nous poursuit présentement.

Mais pour mieux saisir le sens de la démarche que nous poursuivons présentement au plan physique, il faut savoir que, selon la tradition, chacun de nous a choisi de naître.

Durée Total : 21 minutes


  Thierry Hentsch, Raconter et mourir


[Raconter et mourir]
Thierry Hentsch
Professeur de philosophie politique à l'Université du Québec, à Montréal. Pour Raconter et mourir, l'Occident et ses grands récits, aux éditions Bréal, 2002

Le récit est la forme classique que prend dans presque toutes les cultures le désir de se continuer. Parce que les Hommes se savent mortels, ils racontent pour nourrir la mémoire de ceux qui prendront le relais. Ils racontent et meurent apaisés d'avoir vécus et transmis. A travers la lecture des grands récits qui marquent l'imaginaire occidental, Thierry Hentsch, dans Raconter et mourir, l'Occident et ses grands récits, paru aux éditions Bréal, s'attache aux thèmes et aux moments de cette transmission. Il suit avec nous l'épopée de Gilgamesh, l'Iliade et l'Odyssée, Œdipe, de Sophocle, la quête du Graal, Don Quichotte et son fameux Sancho et, bien sûr, la Bible qui a façonné notre manière de voir le monde. Sa conviction: les grands récits dont nous avons hérités recèlent un savoir et un usage de la vie que nous aurions tort de négliger aujourd'hui…

Durée Total : 53 minutes


  Marie Shelly, Frankenstein


[01] [02] [03] [04] [05] [06] [07] [08]
Ceci est la véritable histoire de Frankenstein. En l'écoutant, vous découvrirez un univers poétique et romantique où se déroule une histoire d'amour, une belle histoire d'amour, loin de la légende du monstre et terrifiant que le cinéma a transmis à notre imaginaire.

Victor Frankenstein ! C'est l'inventeur, le savant maudit ! A quinze ans, il est témoin d'un violent orage foudre, traînée de feu, destruction d'un chêne... Son destin est tracé. Après des années de labeur, il apprend à maîtriser les éléments ; l'alchimie est pour lui une seconde nature. Bientôt il détient le pouvoir de conférer la vie à la matière inerte. Nuit terrible qui voit la naissance de l'horrible créature faite d'un assemblage de cadavres ! L'oeuvre de Frankenstein. Un monstre ! Repoussant, inachevé mais doté, d'une force surhumaine et conscient de sa solitude. Echappé des ténèbres, il va, dans sa détresse, semer autour de lui crimes et désolation. D'esclave qu'il aurait dû être, il devient alors le maître, harcelant son créateur. Il lui faut une compagne semblable à lui...

Durée Total : 5 heures 45 minutes


  La chasse aux sorcières


[La chasse aux sorcières]
Croyez-vous aux sorcières?
La chasse aux sorcières en République démocratique du Congo

Non non, pas à celles qu’on sort pour l’Halloween, avec leur nez interminable, leurs verrues et leur balai. Aux vraies sorcières, celles qui vous jettent de mauvais sorts et ont le pouvoir maléfique de transformer votre vie en enfer.

Les histoires de sorcières de la République Démocratique du Congo ont de quoi vous donner des frissons dans le dos. Car là, comme dans plusieurs pays africains, on est profondément convaincu que les sorcières existent. La voisine peut en être une. Notre fillette aussi. Et l’accusation n’a rien de rigolo : comme l’État congolais ne reconnaît pas la sorcellerie, la population se charge bien souvent de mettre ces sorcières hors d’état de leur nuire.

Un rapport récent de l’ONU mentionne que les Églises de Réveil, avec leurs chambres de prières et leurs milliers de fidèles, sont souvent impliquées dans le maintien de ces croyances. Le terme Églises de réveil désigne ces mouvements charismatiques d’obédience protestante américaine qui ont prospéré sur la misère et la guerre dans le Congo de ces dernières années. Chaque rue, chaque quartier a son église. Elles portent des tous noms plus éloquents les uns que les autres : Église des Rachetés de Jésus-Christ Armée de l’Éternel, Ministère Amen.

L’ONG Action pour l’éducation aux droits offre de l’aide juridique gratuite aux femmes accusées de sorcellerie. Catherine-Lune Grayson a discuté du sort de ces femmes avec le coordinateur de l’ONG, l’avocat Sylvestre Bisimwa.

Durée Total : 15 minutes


  Pérignac, Paichel et les anges fugueurs


[première partie] [deuxième partie]

[les contes de Pérignac]
La guerre fait rage entre Tison et Angélo. Nos deux bons ennemis inséparables n’ont pas prévu que cette querelle va les conduire sur Terre le jour de l’HALLOWEEN. Le pauvre homme qui devra s’occuper des anges fugueurs en verra de toutes les couleurs puisque Tison est tout de même un petit démon rouge de la famille des malfaisants.

Durée Total : 83 minutes