L'ESPRIT DU TERRORISME
texte de jean baudrillard



Des événement mondiaux, nous en avions eu, de la mort de Diana au Mondial de football – ou des événements violents et réels, de guerres en génocides. Mais d'événement symbolique d'envergure mondiale, c'est-à-dire non seulement de diffusion mondiale, mais qui mette en échec la mondialisation elle-même, aucun. Tout au long de cette stagnation des années 1990, c'était la "grève des événements" (selon le mot de l'écrivain argentin Macedonio Fernandez). Eh bien, la grève est terminée. Les événements ont cessé de faire grève. Nous avons même affaire, avec les attentats de New York et du World Trade Center, à l'événement absolu, la "mère" des événements, à l'événement pur qui concentre en lui tous les événements qui n'ont jamais eu lieu.

Tout le jeu de l'histoire et de la puissance en est bouleversé, mais aussi les conditions de l'analyse. Il faut prendre son temps. Car tant que les événements stagnaient, il fallait anticiper et aller plus vite qu'eux. Lorsqu'ils accélèrent à ce point, il faut aller plus lentement. Sans pourtant se laisser ensevelir sous le fatras de discours et le nuage de la guerre, et tout en gardant intacte la fulgurance inoubliable des images.

Tous les discours et les commentaires trahissent une gigantesque abréaction à l'événement même et à la fascination qu'il exerce. La condamnation morale, l'union sacrée contre le terrorisme sont à la mesure de la jubilation prodigieuse de voir détruire cette superpuissance mondiale, mieux, de la voir en quelque sorte se détruire elle-même, se suicider en beauté. Car c'est elle qui, de par son insupportable puissance, a fomenté toute cette violence infuse de par le monde, et donc cette imagination terroriste (sans le savoir) qui nous habite tous.

Que nous ayons rêvé de cet événement, que tout le monde sans exception en ait rêvé, parce que nul ne peut ne pas rêver de la destruction de n'importe quelle puissance devenue à ce point hégémonique, cela est inacceptable pour la conscience morale occidentale, mais c'est pourtant un fait, et qui se mesure justement à la violence pathétique de tous les discours qui veulent l'effacer.

A la limite, c'est eux qui l'ont fait, mais c'est nous qui l'avons voulu. Si l'on ne tient pas compte de cela, l'événement perd toute dimension symbolique, c'est un accident pur, un acte purement arbitraire, la fantasmagorie meurtrière de quelques fanatiques, qu'il suffirait alors de supprimer. Or nous savons bien qu'il n'en est pas ainsi. De là tout le délire contre-phobique d'exorcisme du mal : c'est qu'il est là, partout, tel un obscur objet de désir. Sans cette complicité profonde, l'événement n'aurait pas le retentissement qu'il a eu, et dans leur stratégie symbolique, les terroristes savent sans doute qu'ils peuvent compter sur cette complicité inavouable.

Cela dépasse de loin la haine de la puissance mondiale dominante chez les déshérités et les exploités, chez ceux qui sont tombés du mauvais côté de l'ordre mondial. Ce malin désir est au cœur même de ceux qui en partagent les bénéfices. L'allergie à tout ordre définitif, à toute puissance définitive est heureusement universelle, et les deux tours du World Trade Center incarnaient parfaitement, dans leur gémellité justement, cet ordre définitif.

Pas besoin d'une pulsion de mort ou de destruction, ni même d'effet pervers. C'est très logiquement, et inexorablement, que la montée en puissance de la puissance exacerbe la volonté de la détruire. Et elle est complice de sa propre destruction. Quand les deux tours se sont effondrées, on avait l'impression qu'elles répondaient au suicide des avions-suicides par leur propre suicide. On a dit : "Dieu même ne peut se déclarer la guerre." Eh bien si. L'Occident, en position de Dieu (de toute-puissance divine et de légitimité morale absolue) devient suicidaire et se déclare la guerre à lui-même.

Les innombrables films-catastrophes témoignent de ce phantasme, qu'ils conjurent évidemment par l'image en noyant tout cela sous les effets spéciaux. Mais l'attraction universelle qu'ils exercent, à l'égal de la pornographie, montre que le passage à l'acte est toujours proche – la velléité de dénégation de tout système étant d'autant plus forte qu'il se rapproche de la perfection ou de la toute-puissance.

Il est d'ailleurs vraisemblable que les terroristes (pas plus que les experts !) n'avaient prévu l'effondrement des Twin Towers, qui fut, bien plus que le Pentagone, le choc symbolique le plus fort. L'effondrement symbolique de tout un système s'est fait par une complicité imprévisible, comme si, en s'effondrant d'elles-mêmes, en se suicidant, les tours étaient entrées dans le jeu pour parachever l'événement.

Dans un sens, c'est le système entier qui, par sa fragilité interne, prête main-forte à l'action initiale. Plus le système se concentre mondialement, ne constituant à la limite qu'un seul réseau, plus il devient vulnérable en un seul point (déjà un seul petit hacker philippin avait réussi, du fond de son ordinateur portable, à lancer le virus I love you , qui avait fait le tour du monde en dévastant des réseaux entiers). Ici, ce sont dix-huit kamikazes qui, grâce à l'arme absolue de la mort, multipliée par l'efficience technologique, déclenchent un processus catastrophique global.

Quand la situation est ainsi monopolisée par la puissance mondiale, quand on a affaire à cette formidable condensation de toutes les fonctions par la machinerie technocratique et la pensée unique, quelle autre voie y a-t-il qu'un transfert terroriste de situation ? C'est le système lui-même qui a créé les conditions objectives de cette rétorsion brutale. En ramassant pour lui toutes les cartes, il force l'Autre à changer les règles du jeu. Et les nouvelles règles sont féroces, parce que l'enjeu est féroce. A un système dont l'excès de puissance même pose un défi insoluble, les terroristes répondent par un acte définitif dont l'échange lui aussi est impossible. Le terrorisme est l'acte qui restitue une singularité irréductible au cœur d'un système d'échange généralisé. Toutes les singularités (les espèces, les individus, les cultures) qui ont payé de leur mort l'installation d'une circulation mondiale régie par une seule puissance se vengent aujourd'hui par ce transfert terroriste de situation.

Terreur contre terreur – il n'y a plus d'idéologie derrière tout cela. On est désormais loin au-delà de l'idéologie et du politique. L'énergie qui alimente la terreur, aucune idéologie, aucune cause, pas même islamique, ne peut en rendre compte. Ça ne vise même plus à transformer le monde, ça vise (comme les hérésies en leur temps) à le radicaliser par le sacrifice, alors que le système vise à le réaliser par la force.

Le terrorisme, comme les virus, est partout. Il y a une perfusion mondiale du terrorisme, qui est comme l'ombre portée de tout système de domination, prêt partout à se réveiller comme un agent double. Il n'y a plus de ligne de démarcation qui permette de le cerner, il est au cœur même de cette culture qui le combat, et la fracture visible (et la haine) qui oppose sur le plan mondial les exploités et les sous-développés au monde occidental rejoint secrètement la fracture interne au système dominant. Celui-ci peut faire front à tout antagonisme visible. Mais l'autre, de structure virale – comme si tout appareil de domination sécrétait son antidispositif, son propre ferment de disparition –, contre cette forme de réversion presque automatique de sa propre puissance, le système ne peut rien. Et le terrorisme est l'onde de choc de cette réversion silencieuse.

Ce n'est donc pas un choc de civilisations ni de religions, et cela dépasse de loin l'islam et l'Amérique, sur lesquels on tente de focaliser le conflit pour se donner l'illusion d'un affrontement visible et d'une solution de force. Il s'agit bien d'un antagonisme fondamental, mais qui désigne, à travers le spectre de l'Amérique (qui est peut-être l'épicentre, mais pas du tout l'incarnation de la mondialisation à elle seule) et à travers le spectre de l'islam (qui lui non plus n'est pas l'incarnation du terrorisme), la mondialisation triomphante aux prises avec elle-même. Dans ce sens, on peut bien parler d'une guerre mondiale, non pas la troisième, mais la quatrième et la seule véritablement mondiale, puisqu'elle a pour enjeu la mondialisation elle-même. Les deux premières guerres mondiales répondaient à l'image classique de la guerre. La première a mis fin à la suprématie de l'Europe et de l'ère coloniale. La deuxième a mis fin au nazisme. La troisième, qui a bien eu lieu, sous forme de guerre froide et de dissuasion, a mis fin au communisme. De l'une à l'autre, on est allé chaque fois plus loin vers un ordre mondial unique. Aujourd'hui celui-ci, virtuellement parvenu à son terme, se trouve aux prises avec les forces antagonistes partout diffuses au cœur même du mondial, dans toutes les convulsions actuelles. Guerre fractale de toutes les cellules, de toutes les singularités qui se révoltent sous forme d'anticorps. Affrontement tellement insaisissable qu'il faut de temps en temps sauver l'idée de la guerre par des mises en scène spectaculaires, telles que celles du Golfe ou aujourd'hui celle d'Afghanistan. Mais la quatrième guerre mondiale est ailleurs. Elle est ce qui hante tout ordre mondial, toute domination hégémonique – si l'islam dominait le monde, le terrorisme se lèverait contre l'Islam. Car c'est le monde lui-même qui résiste à la mondialisation.

Le terrorisme est immoral. L'événement du World Trade Center, ce défi symbolique, est immoral, et il répond à une mondialisation qui est elle-même immorale. Alors soyons nous-même immoral et, si on veut y comprendre quelque chose, allons voir un peu au-delà du Bien et du Mal. Pour une fois qu'on a un événement qui défie non seulement la morale mais toute forme d'interprétation, essayons d'avoir l'intelligence du Mal. Le point crucial est là justement : dans le contresens total de la philosophie occidentale, celle des Lumières, quant au rapport du Bien et du Mal. Nous croyons naïvement que le progrès du Bien, sa montée en puissance dans tous les domaines (sciences, techniques, démocratie, droits de l'homme) correspond à une défaite du Mal. Personne ne semble avoir compris que le Bien et le Mal montent en puissance en même temps, et selon le même mouvement. Le triomphe de l'un n'entraîne pas l'effacement de l'autre, bien au contraire. On considère le Mal, métaphysiquement, comme une bavure accidentelle, mais cet axiome, d'où découlent toutes les formes manichéennes de lutte du Bien contre le Mal, est illusoire. Le Bien ne réduit pas le Mal, ni l'inverse d'ailleurs : ils sont à la fois irréductibles l'un à l'autre et leur relation est inextricable. Au fond, le Bien ne pourrait faire échec au Mal qu'en renonçant à être le Bien, puisque, en s'appropriant le monopole mondial de la puissance, il entraîne par là même un retour de flamme d'une violence proportionnelle.

Dans l'univers traditionnel, il y avait encore une balance du Bien et du Mal, selon une relation dialectique qui assurait vaille que vaille la tension et l'équilibre de l'univers moral – un peu comme dans la guerre froide le face-à-face des deux puissances assurait l'équilibre de la terreur. Donc pas de suprématie de l'un sur l'autre. Cette balance est rompue à partir du moment où il y a extrapolation totale du Bien (hégémonie du positif sur n'importe quelle forme de négativité, exclusion de la mort, de toute force adverse en puissance – triomphe des valeurs du Bien sur toute la ligne). A partir de là, l'équilibre est rompu, et c'est comme si le Mal reprenait alors une autonomie invisible, se développant désormais d'une façon exponentielle.

Toutes proportions gardées, c'est un peu ce qui s'est produit dans l'ordre politique avec l'effacement du communisme et le triomphe mondial de la puissance libérale : c'est alors que surgit un ennemi fantomatique, perfusant sur toute la planète, filtrant de partout comme un virus, surgissant de tous les interstices de la puissance. L'islam. Mais l'islam n'est que le front mouvant de cristallisation de cet antagonisme. Cet antagonisme est partout, et il est en chacun de nous. Donc, terreur contre terreur. Mais terreur asymétrique. Et c'est cette asymétrie qui laisse la toute-puissance mondiale complètement désarmée. Aux prises avec elle-même, elle ne peut que s'enfoncer dans sa propre logique de rapports de forces, sans pouvoir jouer sur le terrain du défi symbolique et de la mort, dont elle n'a plus aucune idée puisqu'elle l'a rayé de sa propre culture.

Jusqu'ici, cette puissance intégrante a largement réussi à absorber et à résorber toute crise, toute négativité, créant par là même une situation foncièrement désespérante (non seulement pour les damnés de la terre, mais pour les nantis et les privilégiés aussi, dans leur confort radical). L'événement fondamental, c'est que les terroristes ont cessé de se suicider en pure perte, c'est qu'ils mettent en jeu leur propre mort de façon offensive et efficace, selon une intuition stratégique qui est tout simplement celle de l'immense fragilité de l'adversaire, celle d'un système arrivé à sa quasi-perfection, et du coup vulnérable à la moindre étincelle. Ils ont réussi à faire de leur propre mort une arme absolue contre un système qui vit de l'exclusion de la mort, dont l'idéal est celui du zéro mort. Tout système à zéro mort est un système à somme nulle. Et tous les moyens de dissuasion et de destruction ne peuvent rien contre un ennemi qui a déjà fait de sa mort une arme contre-offensive. "Qu'importe les bombardements américains ! Nos hommes ont autant envie de mourir que les Américains de vivre !" D'où l'inéquivalence des 7 000 morts infligés d'un seul coup à un système zéro mort.

Ainsi donc, ici, tout se joue sur la mort, non seulement par l'irruption brutale de la mort en direct, en temps réel mais par l'irruption d'une mort bien plus que réelle : symbolique et sacrificielle – c'est-à-dire l'événement absolu et sans appel.

Tel est l'esprit du terrorisme.

Ne jamais attaquer le système en termes de rapports de forces. Ça, c'est l'imaginaire (révolutionnaire) qu'impose le système lui-même, qui ne survit que d'amener sans cesse ceux qui l'attaquent à se battre sur le terrain de la réalité, qui est pour toujours le sien. Mais déplacer la lutte dans la sphère symbolique, où la règle est celle du défi, de la réversion, de la surenchère. Telle qu'à la mort il ne puisse être répondu que par une mort égale ou supérieure. Défier le système par un don auquel il ne peut pas répondre sinon par sa propre mort et son propre effondrement.

L'hypothèse terroriste, c'est que le système lui-même se suicide en réponse aux défis multiples de la mort et du suicide. Car ni le système ni le pouvoir n'échappent eux-mêmes à l'obligation symbolique – et c'est sur ce piège que repose la seule chance de leur catastrophe. Dans ce cycle vertigineux de l'échange impossible de la mort, celle du terroriste est un point infinitésimal, mais qui provoque une aspiration, un vide, une convection gigantesques. Autour de ce point infime, tout le système, celui du réel et de la puissance, se densifie, se tétanise, se ramasse sur lui-même et s'abîme dans sa propre surefficacité.

La tactique du modèle terroriste est de provoquer un excès de réalité et de faire s'effondrer le système sous cet excès de réalité. Toute la dérision de la situation en même temps que la violence mobilisée du pouvoir se retournent contre lui, car les actes terroristes sont à la fois le miroir exorbitant de sa propre violence et le modèle d'une violence symbolique qui lui est interdite, de la seule violence qu'il ne puisse exercer : celle de sa propre mort.

C'est pourquoi toute la puissance visible ne peut rien contre la mort infime, mais symbolique, de quelques individus.

Il faut se rendre à l'évidence qu'est né un terrorisme nouveau, une forme d'action nouvelle qui joue le jeu et s'approprie les règles du jeu pour mieux le perturber. Non seulement ces gens-là ne luttent pas à armes égales, puisqu'ils mettent en jeu leur propre mort, à laquelle il n'y a pas de réponse possible ("ce sont des lâches"), mais ils se sont approprié toutes les armes de la puissance dominante. L'argent et la spéculation boursière, les technologies informatiques et aéronautiques, la dimension spectaculaire et les réseaux médiatiques : ils ont tout assimilé de la modernité et de la mondialité, sans changer de cap, qui est de la détruire.

Comble de ruse, ils ont même utilisé la banalité de la vie quotidienne américaine comme masque et double jeu. Dormant dans leurs banlieues, lisant et étudiant en famille, avant de se réveiller d'un jour à l'autre comme des bombes à retardement. La maîtrise sans faille de cette clandestinité est presque aussi terroriste que l'acte spectaculaire du 11 septembre. Car elle jette la suspicion sur n'importe quel individu : n'importe quel être inoffensif n'est-il pas un terroriste en puissance ? Si ceux-là ont pu passer inaperçus, alors chacun de nous est un criminel inaperçu (chaque avion devient lui aussi suspect), et au fond c'est peut-être vrai. Cela correspond peut-être bien à une forme inconsciente de criminalité potentielle, masquée, et soigneusement refoulée, mais toujours susceptible, sinon de resurgir, du moins de vibrer secrètement au spectacle du Mal. Ainsi l'événement se ramifie jusque dans le détail – source d'un terrorisme mental plus subtil encore.

La différence radicale, c'est que les terroristes, tout en disposant des armes qui sont celles du système, disposent en plus d'une arme fatale : leur propre mort. S'ils se contentaient de combattre le système avec ses propres armes, ils seraient immédiatement éliminés. S'ils ne lui opposaient que leur propre mort, ils disparaîtraient tout aussi vite dans un sacrifice inutile – ce que le terrorisme a presque toujours fait jusqu'ici (ainsi les attentats-suicides palestiniens) et pour quoi il était voué à l'échec.

Tout change dès lors qu'ils conjuguent tous les moyens modernes disponibles avec cette arme hautement symbolique. Celle-ci multiplie à l'infini le potentiel destructeur. C'est cette multiplication des facteurs (qui nous semblent à nous inconciliables) qui leur donne une telle supériorité. La stratégie du zéro mort, par contre, celle de la guerre "propre", technologique, passe précisément à côté de cette transfiguration de la puissance "réelle" par la puissance symbolique.

La réussite prodigieuse d'un tel attentat fait problème, et pour y comprendre quelque chose il faut s'arracher à notre optique occidentale pour voir ce qui se passe dans leur organisation et dans la tête des terroristes. Une telle efficacité supposerait chez nous un maximum de calcul, de rationalité, que nous avons du mal à imaginer chez les autres. Et même dans ce cas, il y aurait toujours eu, comme dans n'importe quelle organisation rationnelle ou service secret, des fuites et des bavures.

Donc le secret d'une telle réussite est ailleurs. La différence est qu'il ne s'agit pas, chez eux, d'un contrat de travail, mais d'un pacte et d'une obligation sacrificielle. Une telle obligation est à l'abri de toute défection et de toute corruption. Le miracle est de s'être adapté au réseau mondial, au protocole technique, sans rien perdre de cette complicité à la vie et à la mort. A l'inverse du contrat, le pacte ne lie pas des individus – même leur "suicide" n'est pas de l'héroïsme individuel, c'est un acte sacrificiel collectif scellé par une exigence idéale. Et c'est la conjugaison de deux dispositifs, celui d'une structure opérationnelle et d'un pacte symbolique, qui a rendu possible un acte d'une telle démesure.

Nous n'avons plu



Votre auteur dans la nuit: [Gimdolf_Fleurdelune]


[OEUVRES COMPLÈTES]  [MODIFIER]   [SUPPRIMER]   [LIVRE DES MORTS]   [VOS COMMENTAIRES]


Mes autres créations


2017-10-16 : Un ange au paradis
2017-02-03 : No Hope, my friend...
2015-12-02 : Lettre à l'enfant qui vient de naître
2015-12-01 : Froides statues au coeur de pierre
2015-11-26 : Le bonheur d'Edenhall
2015-11-14 : Contre la haine et les fous
2015-03-09 : Musa noctis
2014-10-31 : La fillette aux orbites creuses
2014-07-10 : La poésie des choses
2014-06-02 : Héros de l'Ombre
2014-04-01 : Il est étroit, le chemin ...
2014-03-31 : Une âme en sursis
2013-11-21 : Métamorphose
2013-11-08 : La fée sanglante
2013-11-05 : Pour mon ange-gardien
2013-11-01 : Au Lecteur
2013-10-31 : C'était une nuit de tempête...
2013-06-23 : Les nouvelles béatitudes
2013-02-24 : FOL AMOUR
2013-02-16 : Allusions d'alluvions
2013-02-12 : tempus intra
2012-11-23 : Flamme de vent
2012-10-23 : Le maître
2012-10-22 : Bienvenue en Enfer
2012-10-21 : Fin de l'Histoire
2012-06-13 : Le soleil du matin
2012-05-25 : Pour te garder près de moi
2012-04-24 : Nos vies ne sont que poussière
2012-04-18 : Si les Anges pouvaient parler
2012-01-26 : Drôle de matin
2012-01-26 : Héros anonyme
2012-01-22 : Prière aux Justes et aux Humbles
2012-01-17 : Go Down, young babe
2011-12-15 : L'appel des anges
2011-12-14 : Au seuil du grand voyage
2011-12-13 : Mélancolie
2011-11-18 : L'amour dure quatre fois vingt ans
2011-10-09 : La tragique histoire de la Ravageuse
2011-10-04 : Quand les Anges descendront sur Terre
2011-09-08 : L'imbécile
2011-08-29 : Ode à la Liberté et au Peuple
2011-08-29 : Terre des Hommes
2011-07-28 : La Romaine
2011-07-28 : Le Prince
2011-07-22 : Promissio Umbra
2011-07-20 : Franche Rupture
2011-06-28 : Notice pour ceux qui refusent
2011-05-26 : Atmosphère
2011-05-26 : Renoncement
2011-05-19 : Partout et nulle part
2011-05-09 : Triste pèlerin
2011-05-06 : Fatale interrogation
2011-05-06 : Une nuit sur la Terre
2011-04-21 : Tu as tout rêvé
2011-04-09 : Sono solo un uomo
2011-03-21 : Divagations extrêmes et politiques
2011-03-01 : Le Rossignol, le Soleil et la Lune
2011-02-13 : Ainsi va le Grand Chemin...
2011-02-13 : Le Miroir aux Regrets
2011-02-10 : Ode à la Dame Verte
2011-02-09 : Idylle anonyme
2011-02-08 : Risque de Désintégration Prochaine
2011-02-07 : EXTINCTION
2011-02-04 : Le peuple des bannis
2011-02-04 : Comme un enfant
2011-02-04 : Un Amour sur la Plage
2011-01-30 : Qui suis-je ?
2011-01-30 : Sur les murs de prison
2011-01-30 : Sur la montagne
2011-01-30 : Epitaphe pour une vieille peau
2011-01-30 : Plus rien à faire
2011-01-30 : Confession d'un enchaîné volontaire
2011-01-30 : Dédicace pour une belle Romaine comblée
2011-01-29 : Mariage de Saison
2011-01-27 : Vertes Collines
2011-01-08 : Rêve arboricole
2011-01-08 : Cortex en berne
2010-12-01 : Chroniques d'un Mec Ordinaire
2010-12-01 : Réminiscences
2010-10-27 : Le Lac de la Lune
2010-10-26 : Le vent de la fronde
2010-10-25 : Les Hyènes de Park Street
2010-10-23 : Chroniques d'un Mec Ordinaire
2010-10-22 : Chroniques d'un Mec Ordinaire
2010-10-21 : Chroniques d'un Mec Ordinaire
2010-10-18 : Une âme solitaire
2010-10-15 : Apprendre à rêver
2010-10-15 : DIVINE MUSE
2010-10-13 : La Ballade des Exclus
2010-10-13 : Une Rencontre
2010-10-12 : C'est con, la vie ...
2010-10-11 : Le Lièvre d'argent
2010-10-06 : La Nymphe Seule
2010-09-10 : A toi, Marie
2010-08-30 : Pour que ce soit Noël chaque jour
2010-08-30 : La plus belle aventure
2010-08-30 : Il erre sur le port
2010-08-27 : Tapi dans l'ombre
2010-06-10 : Les Chants d'Haverlen
2010-06-09 : Les Exilés
2010-06-09 : Le Nécromant
2010-06-09 : La Planète Sacrée
2010-06-09 : Les anges du tréfonds
2010-06-09 : Je saurais te trouver
2009-10-22 : Les Vautours
2009-09-18 : En mer
2009-09-17 : Imagine un Jésus athée
2009-07-21 : Le génie serait-il anticonformiste ?
2009-07-20 : La guerre est-elle nécessaire ?
2009-02-04 : Chroniques d'un mec ordinaire
2009-02-03 : Chroniques d'un mec ordinaire
2009-02-02 : Moi, Thierry S. 35 ans
2009-02-01 : Ronde sauvage
2009-01-31 : La Terre Promise
2009-01-31 : Assaut
2009-01-31 : Ainsi soit-il
2009-01-07 : Les Porteurs d'Eau
2008-05-26 : La ballade des sans-âmes
2008-02-11 : Le rêve, rien qu'une hypothèse ?
2007-09-10 : Je t'aime encore ...
2007-09-03 : Chaque moment de ta vie est unique ...
2007-09-03 : Messieurs, les juges ...
2007-07-19 : Je m'appelle Tiia ...
2007-06-08 : La signature de Dieu
2007-04-17 : Le repos du guerrier
2007-03-13 : Le film de ma vie
2007-02-27 : La TERRE
2006-12-01 : Comprendre
2006-11-30 : Solidarité ...
2006-11-29 : La Science, un jouet mortel ...
2006-11-28 : Bienheureux soient les humbles
2006-11-27 : Un chemin pour chacun
2006-11-24 : La violence, comme moyen ?
2006-11-23 : Au nom de la science ?
2006-11-21 : En politique, mon coeur balance ...
2006-11-20 : Le pouvoir, rien d'autre qu'une illusion
2006-11-20 : N'oublie pas ...
2006-11-18 : Père Noël
2006-09-25 : Le monstre froid
2006-09-21 : Le délaissé
2006-09-14 : Les religions, comme garant de la morale
2006-07-11 : Contre le vent
2006-06-10 : Oradour, la violence ... pourquoi ?
2006-04-12 : Quand les mots ne suffisent pas
2006-03-30 : Mon rêve en bleu
2006-02-12 : peuple élu
2006-01-25 : La véritable sagesse
2006-01-24 : Lumière & Connaissances
2006-01-19 : Contre le temps, vivre maintenant !
2005-12-31 : Sophonie, Dieu, l'humain & le vivant
2005-12-05 : exil volontaire
2005-11-24 : Ma propre mort a t-elle un sens ?
2005-11-24 : Dernier départ ...
2005-11-04 : Dis maman, pourquoi ... ?
2005-11-21 : C'est quoi, la Patrie ?
2005-10-12 : Père Noël ...
2005-10-04 : Une Pause
2005-11-08 : A toi, visiteur du futur...
2005-09-25 : Vengeance
2005-09-25 : Retrouvailles
2005-09-22 : le cinquième empire universel
2005-09-21 : atteintes à la dignité humaine
2005-09-20 : une écharde en plein coeur
2005-09-13 : Tous créateurs
2005-09-12 : Regrets
2005-10-04 : Dans nos cieux
2005-08-30 : L'Homme, un éternel angoissé ?
2005-07-26 : La Fontaine
2005-07-24 : Vivre
2005-07-19 : Les pourceaux de Gadara
2005-07-18 : Prison
2005-09-12 : Cri de Révolte
2006-02-06 : Ecrit sur le sable
2005-07-11 : Quand l'homme demeure injuste ...
2005-09-14 : Malades du tout sécuritaire
2005-09-14 : La vie n'est que soupir
2005-08-31 : Derrière des carreaux sales
2005-06-30 : Un bref passage sur la Terre
2005-06-12 : Comme un apôtre dans la tempête
2005-08-31 : En mélodie de fond ...
2005-10-20 : Un Berger s'en est allé ...
2005-05-11 : Et pendant ce temps-là ...
2005-08-31 : Homo Sapiens
2005-08-31 : Ils sont où les Hommes ?
2005-06-30 : Bonheur
2005-08-31 : La vie est un chemin d'apprentissage
2005-06-29 : Le démoniaque
2005-03-23 : La Madonne de Pancheraccia
2005-08-31 : La prière de l'athée
2005-03-21 : Le Testament de Satan
2005-03-20 : Mourir de mort lente
2005-06-30 : A quoi sert de pleurer ?
2005-03-18 : Elle est morte
2005-06-22 : Jesus dans son coeur ...
2005-03-14 : Tu mourras de mort
2005-08-31 : Elle s'appelait Innocence ...
2005-08-31 : Les Oubliés de l'Histoire
2005-02-16 : Qui suis-je ?
2005-02-15 : Une Invitation au Voyage Onirique
2005-05-11 : Crime et Destinée
2005-03-18 : Dix ans pour sauver la Planète ...
2005-01-21 : Messager des Etoiles
2005-01-18 : Questionnement Métaphysique
2005-01-15 : Enivrez-vous d'Amour
2005-01-12 : Liberté de Rêver
2005-01-11 : L'Amour avec la Terre
2005-01-09 : Liberté de Rêver
2005-01-01 : Trouver son chemin dans les étoiles ...
2004-12-30 : Les Voeux de Gimdolf_Fleurdelune
2004-12-24 : Tout plaquer pour Toi ...
2004-12-16 : Réflechir sur le sens de son existence .
2004-12-15 : Cruel gâchis ...
2004-12-09 : Besoin de Toi
2004-12-05 : Je t'offre mon corps ...
2004-12-04 : Il hante mes cauchemars
2005-06-22 : Une Nuit aux Etoiles d'Argent
2004-12-02 : Une Nuit sur la Terre
2004-11-30 : La Plume de Satan
2004-11-22 : Les Trois Enfants de Saint Nicolas
2005-06-29 : Gloire & Conquête
2005-06-29 : Le Grand Départ
2004-11-08 : Le Feu et la Coupe
2005-06-29 : Le Secret Divin
2005-06-29 : Aux Origines du Monde
2004-11-03 : Le Pont du Diable
2004-10-31 : Skipper
2004-10-31 : Bon Halloween au Peuple de Tromal
2004-10-24 : Halloween mystique et étudiant
2005-01-11 : Tout est encore possible
2005-01-11 : Des souvenirs en fuite
2004-10-21 : La Voie de Bushido
2004-10-12 : Le Chemin des Etoiles
2004-10-12 : Le Pays des Larmes
2004-10-09 : Ô Mort, vieux capitaine ...
2004-10-09 : Réflexion matinale
2004-10-06 : Retour aux Sources
2004-10-03 : Petit blues matinal
2004-09-29 : Elevation Profonde
2004-09-27 : Le Songe des Cent Mille Garces
2004-09-24 : Chasser les Démons
2004-09-24 : Aux Portes de la Nuit
2004-09-24 : Ame Damnée
2004-11-19 : Le Dernier Testament
2004-09-23 : Confession d'une Damnée
2004-09-23 : Les Etoiles
2004-09-23 : Enfants de Tout Pays
2004-09-28 : L'Amour est plus fort que le Temps
2004-09-21 : Et les Etoiles brillent encore ...
2004-09-17 : Destins de Poussières
2004-09-15 : Le P'tit Bonheur
2004-09-14 : Confession sur un Lit de Mort ...
2005-06-30 : Claire ou le Rire plus fort que la Mort
2005-04-08 : Et les Amours meurent avant d'exister .
2004-09-08 : Etrange Rencontre ...
2004-09-07 : Un Grand Chef Indien a dit ...
2004-09-06 : Confessions d'un tromalien solitaire ...
2004-09-05 : La Légende d'Azénor
2004-08-30 : La Légende de l'Abbaye de la Grâce-Dieu
2004-08-30 : Le Mouton Noir
2004-08-30 : Ces images qui nous glacent ...
2004-08-29 : Un Poète
2004-08-27 : Mourir ...
2004-08-26 : Le Baiser de la Vouivre
2004-08-25 : Qui sommes nous ?
2004-08-25 : Le Secret de l'Immortalité
2004-08-24 : Hymne Olympien
2004-09-07 : Etre
2004-08-24 : Il y a soixante ans ... Oradour ...
2004-08-24 : Le Dernier Départ
2004-07-30 : Danser avec la Mort
2004-07-29 : Entre deux mondes ...
2004-07-29 : La Légende d'Eternia ( suite )
2004-07-29 : La Légende d'Eternia
2004-09-08 : Tout vie a sa dimension d'éternité ...
2004-07-23 : Ma Propre Mort a t-elle un sens ?
2004-07-23 : Cent Nuits avant Halloween ...
2005-07-05 : Laissez nous rêver ...
2004-07-20 : Le long fleuve de la vie
2004-07-17 : Totalement inhumaine ...
2005-06-22 : Plume d'Ange
2004-07-15 : Seule ...
2004-07-17 : Des Larmes pour le Futur
2004-07-14 : Liberté-Egalité-Fraternité
2004-07-13 : La Mort n'est pas une Fin ...
2004-07-13 : Debout sur un cimetière ...
2004-07-12 : Dedié à Tous les Tromaliens
2004-09-27 : Libre comme le Vent
2004-07-22 : Voyage au Pays de la Nuit
2004-09-28 : Chanson de l'Âme
2004-07-09 : L'Esprit du Terrorisme
2004-07-09 : Ultime Passage
2004-07-04 : Le Cri d'un Damné
2004-09-27 : Partir avec Toi ...
2004-07-02 : Le Chasseur et la Mère Aigle
2004-07-01 : Vive le Québec Libre !
2004-06-30 : Satan
2005-07-05 : Une Vie bien documentée
2004-07-23 : La Souffrance est une Expérience
2004-06-27 : La Boheme
2004-06-26 : RUSSIANS
2004-06-25 : Ronde Macabre
2004-06-24 : Le Chant du Départ
2004-07-29 : L'Amour n'est qu'innocence
2004-06-22 : Le Dieu Créateur
2004-06-18 : Lilith
2004-06-17 : Si je croyais en Dieu ... ?
2004-06-14 : Le Monastère de Tromal
2004-06-14 : Sublimer la Mort
2004-06-14 : Libre croyant : l'Evangile est ton Guide
2004-06-13 : De la Prière
2004-06-12 : Le Célibat des Prêtres
2004-06-04 : L'Odeur du Sang
2004-06-04 : Le Comte pervers
2004-09-08 : Sens de l'Homme sur Terre ...
2004-06-02 : En Palestine
2004-06-01 : Faire silence ...
2004-05-28 : Né(e)s d'Amour sur la Terre
2004-05-25 : Les Cinq Stades
2004-05-16 : Le Voyage Intérieur
2004-05-15 : Le Premier Vampire
2004-05-15 : Mes joies de l'Automne
2004-05-15 : Le Fusil Rouillé
2004-05-13 : Vivez sans songer à demain
2004-05-12 : Stonhenge : Porte sur l'autre Monde ?
2004-07-17 : La Charte de la Grande Loge de France
2004-05-08 : Théorie cosmique
2004-05-04 : L'oiseau et l'enfant
2004-07-29 : Renaitre
2004-05-01 : Ainsi naquit la Mort ...
2004-05-01 : MISSIVE en réponse à Vostre LETTRE
2004-04-30 : Imaginaire d'Enfance
2004-07-22 : Chanson d'Espérance
2004-04-26 : Je crie dans le Noir
2004-04-26 : Les Ténèbres
2004-04-25 : Laissez moi seul dans l'obscurité ...
2005-08-31 : Au Pays de Candy
2004-04-24 : Temps et Univers
2004-04-24 : En Paix face à notre Destin
2004-04-21 : Un Enfant
2005-06-30 : Tu seras un Homme, Mon Fils ...
2004-04-15 : Nous sommes tous des Winners
2004-04-14 : La Quête Alchimique de l'Apprenti Macon
2004-04-13 : Donner un Sens à son existence
2004-04-12 : Les Années Pick-ups
2004-04-08 : Remembrance d'un exilé ...
2004-04-09 : Le Temps est un Mouvement Perpétuel
2004-04-07 : Dead Planet
2004-04-06 : Femme Aimée
2004-09-21 : Malle à souvenirs, Malle à regrets ...
2005-09-08 : La Petite Fille qui aimait les fleurs
2004-04-03 : Au Temps des Sucres d'orge ...
2004-04-02 : Chacun sa Croix
2004-03-26 : Une Lettre d'Outre Tombe
2004-07-17 : La Sagesse de Vallandar
2004-03-23 : l'Eveil des Cinq Sens
2004-03-22 : Simple Lecon de Vie
2004-07-24 : C'est la Vie
2005-06-30 : Le Départ pour l'Algérie
2004-07-17 : La Paix n'est pas ...
2004-03-15 : La Main, Outil Universel ...
2004-03-14 : Les Piliers de la Tolérance
2004-03-14 : Rêveur
2004-03-14 : Fantasme exotique
2004-03-12 : Mon Rêve
2004-03-09 : La Vierge de Sang
2004-07-15 : Enfant Soldat
2004-02-28 : Tristesse
2004-02-27 : Un Ange Qui Dort
2004-02-25 : Dans la Gueule de l'Enfer
2004-02-25 : Les Derniers Mois de Charles Baudelaire
2004-02-23 : Le Gardien des Tombes
2004-02-16 : Le Jardin d'Antan
2004-02-16 : Heures Fatales
2004-02-14 : Au Plus Profond de la Mémoire
2004-02-13 : Mémoire Vivante
2004-02-12 : C'est la Vie
2004-02-10 : Comme un Enfant
2004-02-09 : Temps maudit
2004-02-08 : Le Testament de Cagliostro
2004-07-19 : Grand Pere Rossignol
2004-02-03 : Promenade Bucolique
2004-11-15 : Diairi
2004-01-31 : Jess
2004-07-26 : La Croisade des Enfants
2004-01-30 : Soldat
2004-01-29 : Mon Reve de Paix
2004-01-31 : Ode aux Marins Portugais
2004-01-29 : Confession d'Outre Tombe
2004-01-27 : Hymne à la Silicone
2004-01-27 : Le Code de Vertu de la Chevalerie
2004-01-25 : Le Temps Assassin
2004-01-23 : La Fée de l'Arc en Ciel
2004-01-22 : Le Destin des Hommes
2004-01-21 : Le Saint Nom du Prophète
2004-01-20 : Testament d'un Martyr
2004-01-20 : L'Appel Aux Peuples
2004-01-18 : La Confession d'un Nécrophage
2004-01-16 : Mes Ancetres Marins
2004-01-15 : Un Sourire d'Outre tombe
2004-01-14 : Pour un Ange
2004-01-12 : Sourire d'Ange
2004-07-20 : Un Petit Poème d'Amour
2004-01-11 : L'Oeuf
2004-01-09 : Exil sur la Planète Fantôme
2004-01-09 : Gloomy Sunday
2004-01-09 : La Ballade des Cimetières
2004-07-27 : Pourquoi es tu partie ?
2005-11-24 : Le Chêne et l'Enfant
2004-01-07 : Le Génie du Vent et le Génie de la Foudr
2004-01-07 : L'Appel du Cosmos
2004-01-05 : La Belle Ténébreuse
2004-01-05 : Qu'est ce que la Mort ?
2004-07-24 : La Légende d'Hiram
2004-01-04 : L'Ange Noir
2004-01-03 : Prenez le Temps
2004-01-02 : Ville-Lumière
2004-01-02 : Hommage à la Ville Eternelle
2004-01-02 : Pays des Sphinx et des Lumières
2004-01-01 : Yannig ou le Secret des Goélands
2004-01-01 : Une Année qui passe, une année qui vient
2003-12-30 : Temps, Ennemi implacable
2004-10-29 : Une Histoire de Roses
2003-12-28 : Crainte de l'avenir, nostalgie du passé
2003-12-28 : Qui est Dieu ?
2003-12-26 : Une Fleur s'est Ouverte
2004-09-13 : Un Mot du Pere Guy Gilbert
2003-12-24 : Femme Voilée
2003-12-23 : Remords Posthumes
2003-12-22 : SPARDA
2003-12-21 : Prier Ensemble
2004-09-21 : J'aimerais encore enlacer une femme
2003-12-19 : la Vie, un chiffon qui brule
2004-09-27 : La Cage de Verre
2003-12-15 : Le Plus Sincere des Tombeaux
2003-12-14 : Dans la Tombe
2003-12-14 : La Boussole
2003-12-14 : Coup de Gueule
2003-12-13 : Fraternity
2003-12-12 : Je suis encore Seul ...
2003-12-12 : Lucie
2003-12-11 : Aengus et la Femme-Cygne
2003-12-11 : Notre Château, notre Mémoire ...
2003-12-11 : Des Ombres qui Passent
2003-12-09 : Soir de Cuite
2003-12-09 : La Dame Blanche de Trecesson
2003-12-09 : Un Noel Particulier
2003-12-08 : Le Jour où la Mort est Née
2003-12-08 : Yann et la sorciere Katelle
2003-12-08 : Les Dames de Bretagne
2003-12-08 : Une Ile Déserte
2003-12-07 : Le Temps
2003-12-07 : Le Reve de Martin Luther King
2003-12-06 : Le Langage du coeur
2003-12-06 : Le Peuple des Bannis
2003-12-05 : Les Larmes de l'Homme Rouge
2003-12-05 : Conseils pour etre Libre et Heureux
2004-07-21 : La Vallée du Doubs ...
2003-12-03 : Mort sans Avoir eu le Temps
2003-12-01 : Le Monde Va Trop Vite
2003-12-01 : Les Charognards
2003-12-01 : L'Enfant et le Président
2003-12-01 : Message d'Amour
2003-12-01 : Le Véritable Pouvoir
2003-11-30 : Tel est l'artiste-peintre ...
2003-11-30 : Le Chevalier de la Mort
2003-11-30 : Terre Natale
2003-11-29 : Prison de Chair
2005-04-08 : La Confession d'un Serial-Killer
2003-11-26 : Le Visage de la Mort
2003-11-25 : Le Génie des Montagnes
2004-07-04 : Ivre de whisky
2003-11-22 : Les Yeux Rouges
2004-07-17 : Le Maitre des Songes
2003-11-20 : A l'Enfant qui demeure en Moi
2003-11-19 : Les Portes Onriques
2003-11-18 : La Greve des Meres
2003-11-16 : Johnny
2003-11-15 : Eva
2003-11-15 : Les Etreintes d'un Pere
2003-11-15 : Les Univers Engloutis
2003-11-14 : Franchir les Abimes du Temps
2003-11-13 : Le Sinistre Chevalier des Flammes
2003-11-12 : Le Cap est Franchi
2003-11-12 : C'est quoi, l'Histoire ?
2003-11-12 : Les Automnes Oubliées
2004-07-17 : Alcoolique Notoire
2003-11-11 : La Mort d'un Chevalier
2003-11-11 : En Mémoire d'un Massacre Organisé
2003-11-10 : Partir sur les Routes
2003-11-10 : Exil Volontaire
2003-11-09 : Le Point de Non Retour
2003-11-06 : Les Enfants sans Amour
2003-11-06 : Nés pour Aimer
2003-11-06 : La Terre des Ancetres
2003-11-06 : Hogwarth le Rouge
2003-11-06 : Faire la Paix
2004-10-21 : Pourquoi Es tu Partie ?
2003-11-05 : Le Cavalier Maure
2003-11-05 : Promenade en Foret
2003-11-05 : Le Démon Intérieur
2003-11-05 : Doloresa
2003-11-05 : Le Dévoreur d'Enfants
2004-07-21 : La Chapelle de Luxure
2003-11-05 : La Fin d'un Reve
2003-11-04 : Les Amours Innocentes
2003-11-04 : Le Plus beau moment d'une Vie
2003-11-04 : La Chasseresse
2003-11-04 : Ne Reve pas Ce Soir
2004-07-27 : Pieds Nus sur la Terre Sacrée
2003-11-04 : L'Apocalypse a Déjà Commencé
2003-11-03 : Le Visage de l'Amérique
2003-11-03 : Promenade dans Paris
2003-11-03 : Tu seras un Homme ...
2003-11-03 : Couleur du Désespoir
2003-11-02 : Plaisirs Charnels II
2003-11-02 : Un Age de Fer
2003-11-01 : Seigneur des Ténèbres
2003-10-31 : Solitude
2003-10-31 : Réflexions automnales
2003-10-31 : La Tristesse Pleure
2003-10-31 : Désespoir
2003-10-31 : Etrange Révelation
2003-10-31 : Conseil d'Outre Tombe
2003-10-30 : Halloween
2005-07-19 : Le rêve d'une Licorne
2003-10-30 : L'Esprit du Corbeau
2003-10-30 : A toi Sir Raziel
2003-10-30 : En Sommeil
2003-10-30 : L'Ombre du Grenadier
2003-10-30 : Le Moine-Chevalier
2003-12-06 : Guerrier de l'Espace
2003-10-29 : Le Trou Noir
2003-10-29 : Etreinte d'Outre Tombe
2003-10-29 : Le Temps
2004-11-19 : Medium Cat
2003-10-28 : Confessions Meurtrières II
2003-10-28 : Confessions Meurtrières
2003-10-28 : Plaisirs Charnels
2003-10-28 : Amours Libertines
2004-08-26 : Amours Illégitimes
2003-10-28 : Plaisir d'Ecrire
2003-10-28 : Belle des Iles
2003-10-28 : Cet Amour Qui Nous Lie
2003-10-28 : Nous Deux
2003-10-28 : Des Grands Hommes
2003-10-28 : Le Prophete de l'Amour
2003-10-27 : Prière d'un Vivant-Mort
2003-10-28 : Soif de Sang
2003-10-27 : La Reine-Guerrière
2003-10-27 : Caché dans l'Ombre
2005-07-19 : Le Voyage Imaginaire
2003-10-27 : Le Roi des Montagnes
2003-10-26 : Le Sorcier Ténebreux
2005-11-04 : Gothic Child
2003-10-24 : La Guerre des Vampires
2003-10-24 : Prince Damné
2003-10-24 : La Crypte de Mes Souvenirs
2003-10-23 : Il était juste Soldat ...
2003-10-23 : Le Reve du Vampire
2003-10-23 : La Bete était en Moi
2003-10-23 : Ballade Nocturne
2004-08-30 : La Porte des Ombres
2003-10-22 : L'Horreur au visage Humain
2003-10-22 : Légionnaire
2003-10-22 : Condamné à Mort
2004-07-22 : Tessie
2003-10-21 : Le Destin de l'Avenir
2003-10-21 : La Plus Belle Image du Monde
2005-07-05 : Et S'Il Revenait sur Terre ?
2003-10-21 : Partir...
2003-10-21 : Le Vrai visage de la Haine
2005-07-05 : Le Soldat Allemand
2003-10-20 : Le Char des Tempêtes
2003-10-20 : Je serais Toujours Là
2003-10-20 : Le Gardien des Morts
2003-10-20 : Le Songe du Pharaon
2003-10-20 : Le Désir de Vivre Libre
2003-11-16 : Les Mysterieuses Cités d'Or
2003-10-19 : Hommage
2003-10-19 : Old Churchyard
2003-10-19 : La Dévoreuse
2003-10-19 : Il pleure sur le monde
2004-10-29 : Castelbouc
2003-10-19 : Au nom de la Lumière
2004-10-29 : Nydor, l'Elfe Solitaire
2003-10-18 : Passer le Cap
2003-10-18 : le Vieux de la Montagne
2004-09-12 : La Mort n'est Rien
2003-10-18 : Dans la Tombe
2003-10-17 : DarkSide
2003-10-16 : Le Voyageur III
2003-10-16 : Dors en Paix, Mary
2003-10-16 : Sorcellerie
2004-07-20 : Berthe de Joux
2003-10-16 : Testament d'un Repenti
2003-10-15 : Le Voyageur II
2004-07-21 : Le Voyageur
2004-07-22 : La Fille aux Cheveux d'Or
2004-07-21 : Pas les Enfants !
2003-10-14 : Reve de Destruction
2003-10-14 : Secrets Enfouis
2004-07-21 : Le Secret de la Vie
2005-07-19 : Deux Soldats Blessés
2003-10-13 : La Chapelle Sanglante
2003-10-13 : Fin du Monde
2003-10-13 : Des Défunts et des Hommes
2003-10-13 : Le Jeune Homme qui voulait etre Berger
2003-10-13 : Révélation
2003-10-12 : Mental
2003-10-12 : Naufragé
2005-07-05 : Bel arrêt sur ma Vie
2003-10-12 : Esprit Libre
2003-10-12 : La Nonne dévoyée
2005-07-05 : Solitude
2003-10-12 : Le Délaissé
2003-10-11 : Un Bilan
2003-10-11 : Le Temple de la Nature
2003-10-11 : Une étrange histoire ...
2005-07-05 : Dialogue avec les astres
2003-10-11 : Reflexions dans le Bourbon
2005-07-05 : Planete Terre
2003-10-10 : Ma Foret
2003-10-10 : l'Esprit était dans la Tombe
2004-07-22 : Aimer une Femme
2003-10-10 : Métal contre Métal
2003-10-10 : Le Regne des Immortels
2003-10-10 : Matthéos
2003-10-10 : La Reine des Ombres
2003-10-10 : Brouillard
2004-07-21 : Perlinjaune
2004-07-21 : Le Feu de la Terre